Machines a Sous Avec Bonus !

Machines a Sous

Vous l’avez remarqué, la technologie a évolué au fil des années, et celle des machines à sous n’a pas manqué à l’appel. Pour nos enfants ou petits-enfants, la version mécanique, appelée « à rouleaux » leur sera inconnue. Eh oui, les ordinateurs contrôlent désormais le monde des machines à sous, parmi le reste.

Vous l’avez remarqué, la technologie a évolué au fil des années, et celle des machines à sous n’a pas manqué à l’appel. Pour nos enfants ou petits-enfants, la version mécanique, appelée « à rouleaux » leur sera inconnue. Eh oui, les ordinateurs contrôlent désormais le monde des machines à sous, parmi le reste.


Cependant, soyez tranquille : le jeu à proprement parlé n’a pas pris une ride, il reste identique à celui que vous avez toujours connu, c’est-à-dire que le joueur doit toujours tirer le levier ou appuyer sur un bouton afin de démarrer le mouvement des rouleaux, qui représentent de différents symboles. Le joueur sera gagnant et remportera la partie si une combinaison de symboles, ou des symboles identiques, sera réalisées sur une ou plusieurs lignes de paiement. Concernant les combinaisons en questions, celles-ci vous seront précisées sur un petit (ou gros) tableau autour ou en haut de votre machine à sous, afin que vous puissiez l’avoir constamment sous les yeux.

 Nous vous ferons découvrir à travers cet article comment fonctionnent les rouleaux dans les machines à sous, qu’elles soient anciennes ou modernes, et ce qui active leur rotation. Nous aborderons aussi le sujet des probabilités aux jeux des machines à sous ainsi que leurs différentes variantes.

 

Machines a sous et leur mécanisme

Ce qui fait fonctionner les machines à sous traditionnelles, c’est la combinaison, un peu complexe, de ressorts, crans et leviers, qui composent ces dernières. En clair, au centre, un arbre supporte des rouleaux. Celui-ci est connecté à un levier, qui, lui, est en charge d’actionner la machine à sous. Mais, vous l’aurez remarqué, la machine à sous ne tourne pas en continue. Elle finit bien par s’arrêter… et ceci grâce au système de freinage qui stoppe les rouleaux, et c’est alors qu’un capteur prend le relais pour faire parvenir au système de paiement la position des rouleaux ! Le levier sera débloqué par un détecteur de pièces, ou de jetons.

Mais ce n’est pas tout… revenons à notre arbre central, qui supporte aussi trois disques crantés, qui eux aussi, sont connectés aux trois rouleaux. En dessous de notre arbre central, se trouve un autre arbre, qui sera composé de stoppeurs et d’un poussoir, une pièce métallique comprenant trois palettes alignées dont le rôle sera de pousser les crans des disques. Bientôt, le mécanisme de la machine à sous n’aura plus de secret pour vous, c’est une certitude !

 

 

La machine a sous électrique

Si l’on se positionne du point de vue du joueur, de suite, l’affaire est bien moins complexe. Il lui suffit d’insérer sa pièce dans la fente prévue à cet effet, de tirer le levier, et hop ! Les rouleaux se mettent à tourner. Lorsqu’ils vont s’arrêter, si le joueur a gagné, il recevra alors son gain, qui tombera. Si ce n’est pas le cas, il ne lui reste plus qu’à retenter sa chance !

Ces machines à sous mécaniques ont petit à petit été remplacées par de nouvelles machines, appelées les machines à sous électriques, dont le principe de base était le même. Bien évidemment, dans une machine électrique, l’activation des rouleaux ne se fait plus exactement de la même façon, bien que le concept reste très proche, puisqu’il s’agit de moteurs et de stoppeurs, eux-mêmes activés par des solénoïdes. Quoi qu’un en soit, l’une ou l’autre, la machine doit ensuite déterminer le gain, lorsque les rouleaux ont cessé de tourner.

Là non plus, ce n’est pas si simple. Il existe de nombreuses façons de déterminer les gains des joueurs, mais la plus facile est de mesurer quelle est la profondeur des crans des disques des rouleaux. De même, pour signaler un jackpot, le cran en question sera plus profond que les autres. Parmi les différents systèmes, il est possible d’utiliser des cellules photoélectriques qui vont, grâce à leur exposition à la lumière, émettre un courant, ou encore un système de contacts métalliques sur les rouleaux.

De nos jours, la plus grande partie des machines à sous sont faites pour donner l’impression d’être des modèles mécaniques, mais détrompez-vous… tout est géré par un ordinateur.

D’une manière assez évidente, l’ordinateur utilisera des moteurs afin de faire tourner les rouleaux et choisir de façon déterminée à quel moment les arrêter.

D’après un générateur de nombres aléatoires, le joueur a, à chaque tirage, la même probabilité de remporter le jackpot.

A présent, tout est bien plus simple pour tout le monde. Les joueurs ont la possibilité grâce à une carte, de se servir de l’argent qui est directement sur leur compte en banque, au lieu de faire tomber les dizaines et dizaines de jetons à chaque fois. Tout est une question de goût, c’est très personnel, certain préfèreront avoir ce ressenti de « toucher » avec les pièces pour garder les vieilles habitudes, d’autres apprécieront la nouvelle technologie.

D’ailleurs, grâce à cette dernière, les joueurs auront aussi la possibilité de suivre leurs gains et leurs pertes très simplement.

 

 

Des machines a sous colorées

Dans les machines à sous des casinos terrestres, vous apercevrez bien évidemment les trois lumières de couleur au-dessus des machines à sous.

Si vous vous demandez encore à quoi elles servent, et bien sachez que la lumière jaune se réfère à l’appel d’un assistant du casino. Lorsque vous l’appellerez pour diverses raisons, cette lumière jaune s’allumera. La lumière rouge, vous vous en doutez sûrement, est bien moins sympathique, puisqu’elle s’allumera lorsque la machine sera en panne, alors que la lumière verte, quant à elle, précisera que la machine à sous nécessite un paiement manuel.

Quoi qu’il en soit, qu’il s’agisse des recettes des machines à sous, des entrées, des sorties, des paiements manuels, du taux de redistribution ou du nombre de coups jouées par les joueurs sont minutieusement enregistrés et comptabilisés, à l’aide de compteurs qui enregistrent toutes ces données, afin que les agents du ministère de l’intérieur les collectent régulièrement.

 

 

Peut-on forcer le hasard des machines a sous ?

Depuis les débuts de la machine à sous et du casino, les joueurs ont retourné le problème dans tous les sens afin de trouver la bonne méthode pour remporter le jackpot, au bon moment, que ce soir avec de fausses pièces ou autre, ce fût un échec.

La réponse est très claire, et la voici : prenons une machine à sous classique de trois rouleaux, et 32 symboles. Cela donne donc au joueur 32 768 combinaisons possibles... Rien que ça ! Comme nous l’avons vu plus haut avec l’histoire de l’arbre, le cœur de la machine à sous est le TRG, (Time Random Generator) qui est l’horloge électronique de la machine à sous, ne possédant pas moins de 32 768 écrans, correspondant au nombre de combinaisons possibles. Cette horloge tourne d’un cran chaque 1/1000e de seconde. Ce qui fait que chaque fois que l’aiguille avance de 1/1000e de seconde, la totalité du programme se remélange, et donc une combinaison peut sortir plusieurs fois d’affilé, et cela fonctionne aussi pour les combinaisons gagnantes !

Sachez aussi que même lorsqu’aucun joueur n’est devant la machine et ne joue, la machine n’est jamais au repos puisqu’elle continue de tourner au même rythme. Quand le joueur choisira d’abaisser le levier ou de presser le bouton afin de lancer la machine, ce fameux TRG enregistrera la combinaison qui s’affiche à ce moment précis.

 

Vous l’aurez compris, la rotation des trois rouleaux n’est qu’un artifice, puisque les jeux seront, à ce moment, déjà faits. Cette rotation permettra uniquement d’afficher la combinaison. Resultat : impossible donc de tricher, et même le casino n’a pas accès à ce TRG, scellé avec du plomb.

Fermer

Ouvrir un nouveau compte